La voix de jeunes autochtones se fait entendre en ligne dans un projet pancanadien

Pour publication immédiate

 

La voix de jeunes autochtones se fait entendre en ligne dans un projet pancanadien

Winnipeg, le 26 janvier 2018 – Au moment où débute l’année du 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, la voix de jeunes autochtones de tout le Canada se fait entendre dans un nouveau site Web, dans une réflexion au sujet des droits de la personne et de la réconciliation.

Les vidéos et œuvres d’art issues du projet « Panneaux des esprits » – qui a permis de créer des éléments d’exposition visuels et interactifs pour la galerie Perspectives autochtones du Musée canadien pour les droits de la personne (MCDP) à Winnipeg – sont maintenant accessibles en ligne. Le projet s’est amorcé en 2013 dans le cadre d’un partenariat entre l’Association nationale des centres d’amitié (ANCA) et le MCDP. Des ateliers réunissant des jeunes, des artistes et des aînés et aînées autochtones ont été organisés dans des centres d’amitié de chaque province et territoire.

« Ce projet met en lumière le rôle important des centres d’amitié en tant que lieux de rassemblement, tant pour les jeunes que pour les aînés et aînées, et où la culture et la créativité s’entremêlent en profondeur, affirme le président de l’ANCA, Christopher Sheppard. Je remercie les jeunes et les artistes qui ont partagé tant de facettes d’eux-mêmes pendant ce voyage que nous avons fait ensemble. »

Pour le président-directeur général du MCDP, John Young, le rayonnement numérique permet au Musée de porter les histoires liées aux droits de la personne au-delà de ses murs. « Il est important de faire connaître le point de vue des jeunes autochtones pour la réconciliation au Canada et pour l’éducation aux droits de la personne en général. »

En ligne, les internautes peuvent examiner virtuellement les 13 panneaux des esprits, œuvres en bois créées par des artistes autochtones et inspirées des discussions qu’ils ont eues avec les jeunes lors de ces ateliers. Au Musée, les panneaux des esprits ornent un cinéma circulaire conçu pour ressembler à un panier tressé, où l’on projette sur 360° un film qui présente des perspectives exprimées par des femmes et filles autochtones de quatre générations.

Le nouveau site Web comprend aussi des vidéos de jeunes autochtones qui expliquent leur vision des droits de la personne – égalité, respect, honnêteté, liberté, droit de parler sa propre langue, de pratiquer sa propre culture et d’être à l’abri de toute discrimination. Par example :

  • « Il est temps de prendre la parole pour nous-mêmes, de sortir de notre zone de confort d’une façon positive pour raconter notre histoire, affirme un des jeunes. Je crois que nous avons tous et toutes une histoire à raconter et des talents à offrir. »
  • « Je ne devrais pas faire face à de la discrimination à cause de qui je suis, déclare un autre. Je devrais pouvoir être fière et ne pas avoir honte de la personne que je suis. »

Certains expriment leur frustration parce que leurs droits ne sont pas complètement respectés. Par example :

  • « Nous avons des droits issus de traités qui ne sont pas respectés, et on nous enlève des droits sur nos propres terres », dit une jeune femme.
  • « Nous avons appris votre mode de vie, déclare un jeune homme, en lisant sur l’œuvre d’art qu’il a créée au cours de l’atelier. Maintenant, c’est à notre tour de vous apprendre le nôtre. »

Dans le cadre du projet, des aînés et des artistes, hommes et femmes, ont fait participer les jeunes à des cérémonies, des chansons et des cercles de partage axés sur la conversation au sujet des droits et des responsabilités, selon le point de vue des jeunes. Les artistes entraînaient ensuite le groupe dans la création d’œuvres d’art visuel pour représenter leurs idées et créer une déclaration collective au sujet des droits de la personne. Le cinéaste autochtone Jordan Molaro a documenté le projet et créé des vidéos dans chacune des communautés rencontrées.

« De nombreux jeunes autochtones participent au mouvement des centres d’amitié, affirme la présidente du Conseil des jeunes autochtones de l’ANCA, Rae-Anne Harper. Ils sont déterminés à provoquer le changement par leur engagement civique et nombre de leurs histoires sont écoutées. Grâce à ce site Web, leurs perspectives et leurs idées demeureront actuelles et vivantes. »

Les ateliers organisés en 2013 ont eu lieu à Whitehorse, au Yukon, avec l’artiste Ukjese Van Kampen; à Behchoko, dans les Territoires du Nord-Ouest, avec l’artiste James Wedzin; à Rankin Inlet, au Nunavut, avec l’artiste Veronique Nirlungayuk; à Nanaimo, en Colombie-Britannique, avec l’artiste Joel Good; à High Prairie, en Alberta, avec l’artiste Aaron Paquette; à Prince Albert, en Saskatchewan, avec l’artiste Leah Dorian; à Selkirk, au Manitoba, avec l’artiste Louis Ogemah; à Toronto, en Ontario, avec l’artiste Scott Benesiinaabandan; à Saguenay, au Québec, avec l’artiste Sonia Robertson; à Fredericton, au Nouveau-Brunswick, avec l’artiste Alan Syliboy; à Charlottetown, à l’Île-du-Prince-Édouard, avec l’artiste Gilbert Alex Sark; à Halifax, en Nouvelle-Écosse, avec l’artiste Ursula Johnson; et à St. John’s, à Terre-Neuve, avec l’artiste Dinah Anderson.

-30-

L’Association nationale des centres d’amitié (ANCA) est un réseau de 118 centres d’amitié et de sept associations provinciales/territoriales (APT) déployé d’un océan à l’autre. Les centres d’amitié représentent l’infrastructure de prestation de services aux Autochtones hors réserve la plus importante au Canada. Ils sont les principaux fournisseurs de programmes et de services adaptés sur le plan culturel pour les Autochtones vivant en milieu urbain. Depuis plus d’un demi-siècle, les centres d’amitié facilitent la transition des Autochtones provenant des régions rurales, éloignées et des réserves jusqu’en milieu urbain. Pour bon nombre d’Autochtones, les centres d’amitié sont le premier point de contact pour être aiguillés vers des programmes et des services socio-économiques axés sur la culture. Pour de plus amples renseignements, voir le site Web de l’ANCA à l’adresse https://nafc.ca/fr/.

Le Musée canadien pour les droits de la personne (MCDP) est le premier musée du monde exclusivement consacré à l’évolution des droits de la personne, à leur avenir et à leur célébration. Situé à Winnipeg, au Manitoba, il est le premier musée national du Canada bâti à l’extérieur de la région de la capitale nationale. Mettant à profit des technologies multimédias immersives et d’autres approches novatrices, le Musée crée des rencontres inspirantes autour des droits de la personne dans le cadre d’une expérience à nulle autre pareille. Découvrez-en plus sur le site Web du MCDP à l’adresse https://droitsdelapersonne.ca/.

 

Pour plus d’information, veuillez communiquer avec :

Marylou Mintram                                                         Maureen Fitzhenry

Agente de communications, ANCA                           Gestionnaire des relations avec les médias Téléphone : 613-563-4844, poste 330                   pour le MCDP

Cellulaire : 306-715-1599                                           Téléphone : 204-289-2112

mmintram@nafc.ca                                                    Cellulaire : 204-782-8442

maureen.fitzhenry@droitsdelapersonne.ca

Initiatives en Cours